La production du riz en Camargue

La production du riz en Camargue

Le riz fait parti de l’alimentation de tous les français. Il nous apporte des sucres lents essentiels. À savoir qu’un Français consomme en moyenne 4,5 kg de riz par an. Cela dit ce n’est rien comparé aux 200 kg que consomme en moyenne les Asiatiques.

Il existe environ plus de 100 000 Variétés de riz dans le monde. Cependant, ici nous nous intéressons au riz français et plus spécifiquement le riz de Camargue.

A savoir :

Les fermes de riziculture en Camargue produisent environ 200 variétés de riz différentes. Celles-ci, labélisées depuis l’an 200 par un IGP (indication géographique protégée). Par- derrière celle-ci, il y-a tout un processus de production.

Un des avantages des rizières en Camargue c’est que toute la transformation du riz est mécanique et sans aucun ajout de produits chimiques.

Les étapes de production du riz

Etape 1)

Pour commencer, les graines sont semées en Avril. L’agriculteur doit alors surveiller quotidiennement les rizières afin de voir le niveau d’humidité. Le riz camarguais a besoin d’être entre 18% et 20% d’humidité.

De plus, Il faut qu’il fasse attention à la température. En effet en dessous des 13° le riz peut mourir. De ce fait, pour résoudre ce problème lorsqu’il fait froid, 10 cm d’eau environ sont mis dans la récolte. Quand la chaleur revient, l’eau est retirée. 8 mois après, en novembre le riz est près à être récolté.

Etape 2)

L’agriculteur effectue la récolte du riz à l’aide de sa moissonneuse. Les grains sont directement séparés de leur tige. À savoir que le riz est récolté 1 seule fois par an. Ils récoltent environ 800 tonnes de riz paddy. En l’état, il n’est pas consommable, il faut donc l’usiner.

Etape 3)

Une fois récolté, celui-ci est stocké pendant plusieurs jours dans des énormes cuves. Cette étape permet de sécher les grains.

Etape 4)

Une fois les grains bien secs. Ceux-ci sont déposés dans des silos pour qu’ils passent à la décortiqueuse. Cette machine permet de retirer le péricarpe (Enveloppe autour du grain). À ce moment-là, le riz paddy (Riz brut après récolte) devient du riz complet et ce, quelle que soit la variété.

Etape 4 bis)

Le seul traitement (non chimique) que peut subir le riz, c’est le traitement à la vapeur d’eau au moment du Riz paddy. Cette étape non obligatoire est faite pour précuire le riz pour certaines marques. En outre, cette étape fait que l’amidon du riz migre à l’intérieur du grain et le rende incollable.

Etape 5)

Si l’on veut avoir du riz semi-complet, il faut le passer dans la blanchisseuse qui va retirer une première épaisseur de pellicule aux grains appelés « le son de riz ».

Etape 6)

Enfin, pour obtenir du riz blanc. Il faut passer les grains de riz semi-complet à la polisseuse pour retirer une seconde couche de pellicule supplémentaire.

Etape 7)

Dernière étape avant le conditionnement : le passage dans le trieur optique. Il élimine certains grains qui n’auront pas été décortiqués correctement.

Etape 8)

Viens pour finir, le conditionnement (mise en paquet des grains). Environ 60 tonnes de riz sont conditionnées par jour.

En Camargue, le riz suit toute un processus de production, du semage au conditionnement en passant par le polissage. Toute la transformation du riz est donc mécanique sans aucun ajout de produit chimique. C’est ce qui le rend sain et particulièrement bon.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *